Le futurisme

jeudi 2 avril 2009 par pierre royneau

Le futurisme - synthèse Manifeste publié en 1909

IMG/flv/Le_futurisme-_parcours_d_exposition.flv

Parmi les grands mouvements d’avant-garde du début du 20ème siècle figure le futurisme, né en Italie, et qui constitue davantage un art de vivre et une approche de la société qu’une nouvelle définition de l’art. Transformé par l’avènement de la machine, le monde a trouvé de nouvelles raison d’être, s’est fixé de nouveaux objectifs. L’homme mythifie les engins de transport rapides, notamment l’automobile, et son existence est mécanisée, pressée, trépidante. L’art s’en fait l’écho, abolissant les frontières spatiales et temporelles qui, comme l’a affirmé Marinetti dans son manifeste de 1909, n’existe plus. Héritiers de Bergson et d’Einstein selon lesquels la stabilité est une illusion rétrograde, les futuristes choisissent la vitesse comme moyen de percevoir et de rendre compte du principe fondamental qui régit le monde moderne : le mouvement. Dans leur perpétuel souci d’innovation, ils utilisent toutes les ressources de la provocation, du scandale, voire de la violence, se faisant les porte-parole intolérants d’une modernité agressive symbolisée par la machine. La plupart d’entre eux deviendront d’ailleurs des fascistes convaincus et militants. Les peintres futuristes prônent un art total, comme le prouve leurs nombreuses activités parallèles : musique, écriture, architecture, théâtre, cinéma, mode, décoration, même cuisine.

« Nous déclarons que la splendeur du monde s’est enrichie d’une beauté nouvelle : la beauté de la vitesse. Une automobile de course avec son coffre orné de gros tuyaux tels des serpents à l’haleine explosive est plus belle que la victoire de Samothrace. » Cette déclaration provocatrice en 1909 de Marinetti publiée dans le Manifeste du Futurisme en 1909, fait office d’appel pour les œuvres de ce courant. Les artistes se présentent tournées vers l’avenir. Ils exaltent leurs âmes de révolutionnaires et certains développent des slogans nationalistes qui annoncent leur rapprochement avec le fascisme. Les peintres recourent au divisionnisme et aux couleurs fauves. Ils ont intégré les recherches liées à la fragmentation cubiste. Parmi leurs thèmes de prédilection, la ville apparaît comme une préoccupation centrale. L’ambition des artistes est de développer une peinture complète du mouvement qui pourrait s’adresser à tous les sens.

CARACTÉRISTIQUES HISTORIQUES
- exaltation de la vitesse, de toutes les violences du monde moderne.
- mépris du passé,, de la femme …
- idéologie fasciste
- glorification de la guerre et de Mussolini
- 1er manifeste en 1909 ; puis à partir de 1910 pour les autres domaines artistiques.
- retour momentané de l’Italie dans le champ artistique
- mouvement littéraire et artistique.

CARACTÉRISTIQUES ARTISTIQUES
- exaltation de la vitesse et de la violence du monde moderne
- rejet de toute peinture du passé, même récente
- décomposition du mouvement (chronophotographie, simultanéisme)
- géométrisation proche du cubisme
- utilisation du divisionnisme impressionnisme.

NOMS D’ARTISTES
- Filippo Tommaso Marinette (chef de file, poète)
- Giacomo Balla
- Umberto Boccioni
- Carlo Carra
- Luigi Russolo
- Gino Séverini
- Antonio Sant’Elia (architecte)


Duchamp - Nu descendant un escalier - 1912, 148 X 89
Giacomo Balla - petite fille courant sur le balcon - 1912
Raymond Duchamp Villon - le cheval majeur - 1914 - 150x97x153cm
Umberto Boccioni - formes uniques dans la continuité de l'espace - 1913 (...)
Giacomo Balla - dynamisme d'un chien en laisse - 1912 - (...)
Luigi Russolo - dynamisme d'une automobile - 1913 - 140x104cm
Carlo Carra - manifestation interventionniste - 1914 - 38,5x30cm
Luigi Russolo - la révolte - 1911 - 150x230cm
Carlo Carra - la galerie de milan - 1912 - 91x51,5cm
Carlo Carra - les funerailles e l'anarchiste Galli - 1910.11 - (...)
Balla - lampe à arc - 1910 - 175x115cm
Richter - Ema, nu dans un escalier - 1966 - 200x130cm
Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 788512